Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2008

Drôle de mayonnaise

 

Le capitaine n'était sans doute pas un homme de terrain, par contre, il s'avéra fin psychologue. Je pus le vérifier dès le lendemain. Si le colonel ne se montra pas tout à fait chaleureux à mon égard, il arbora un sourire magnanime quand je le saluai au mess, pour le petit déjeuner. Devant les autres officiers, il s'exclama...Ah, voilà notre insolent, amateur de rousses...Dix minutes plus-tard, la longue table commune ne bruissait plus que d'histoires de rousses, rencontrées au hasard des affectations. Au moins, j'avais la paix. Mais le répit ne fut que de courte durée. Après avoir trempé une demi baguette de pain recouverte de beurre et de confiture dans son bol de café au lait, le colonel, la bouche à moitié pleine, me demanda, d'un air complice...Et peut-on connaître le nom de cette merveille?...Je me sentis dans la peau d'un étudiant durant un examen, auquel on pose la mauvaise question, celle que justement, il ne lui serait jamais venu à l'esprit qu'on pût lui poser. Je répondis la première chose qui me passa par le tête, sans doute sous l'influence du contenu brunâtre et pâteux qui encombrait la bouche largement ouverte du colonel...Caramela, mon colonel...Devant son expression ahurie je me hâtai d'ajouter...Elle est étrangère. Vénézuélienne. De la cordillère. Elles sont toutes rousses par là-bas. Une histoire de gênes...Il eut l'air rassuré...Ah bon, elle est italienne alors?...Comme cela avait l'air de lui faire plaisir, je ne relevai pas le quiproquo...Oui, enfin ses parents. Ils se sont enfuis d'Italie pendant la seconde guerre mondiale...Le nom d'aucun patriote italien anti-mussolinien ne me venant à l'esprit (il y en a sûrement), j'ajoutai innocemment... Ils étaient gaullistes...Le colonel arrêta un court instant de mastiquer son indigeste mixture...Comment, des gaullistes, en Italie?...Le capitaine Arbre Généalogique qui avait, à contre coeur certainement, abandonné son bureau pour se joindre à nous, vint à ma rescousse en me fusillant du regard...Oui, il y en avait quelques-uns, pas beaucoup certes, mais quelques-uns tout de même. Un peu comme il y eut des garibaldiens, un moment, en France....Un morceau de la tartine du colonel, immobilisée entre le bol et sa bouche, s'effondra dans le café en produisant des cercles concentriques de graisse...Des gars comment?...Prétextant la préparation de mes chars, je pris congé, en laissant le capitaine se dépétrer avec mes gaullistes italiens et ses garibaldiens français.

Toute la journée fut du même tonneau. Oubliés les démêlés de la veille avec le Krakoukass et ma courte victoire, on ne voyait plus désormais en moi que l'aspirant qui s'envoyait en l'air avec une pute rousse et qui, pour avoir défié le colonel, allait, durant deux semaines, devoir se contenter de moyens plus rustiques pour satisfaire les appétits insatiables d'une sexualité débordante. Dieu sait quelles cochonneries le capitaine avait encore inventées sur mon compte, qu'il n'avait point osé me dire, pour apaiser le courroux et la soif de vengeance du colonel.

Puis les choses reprirent leur cours normal à cette notable différence près, qu'il me semblait avoir été accepté dans cette communauté moins pour mes qualités réelles que pour mes faiblesses imaginaires. Les français détestent les premiers de classe et ont un faible pour les cancres, ils se méfient de la police et prennent facilement la défense du truand. Sauf quand c'est leur progéniture qui collectionne les zéros et leur lecteur de CD qu'ils se font tirer dans leur voiture. Alors là, aucun châtiment ne semble plus être à la hauteur du crime perpétré.

Mon destin croisa encore celui du colonel Krakoukass en une occasion au moins et cette fois en dehors de tout contexte professionnel.

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Aurons-nous droit à ce nouvel épisode ? J'espère que oui, c'est tellement drôle !!

Écrit par : Cigale | 22 décembre 2008

Merci pour vos gentils commentaires, Cigale. J'en ai profité pour lire quelques pages de votre blog. Je sens que ça va me plaire....
La suite arrive...

Écrit par : manutara | 22 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.