Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juillet 2007

Marrakech ou Ibiza?

Le physique est sans importance, c’est du moins ce que je pense et ai toujours pensé. Je fonctionne au feeling, mais le feeling est par définition aveugle et n’entraîne pas la réciprocité. Il semblerait qu’aujourd’hui, tout soit dans le paraître sans que cette proposition puisse donner lieu à contestation. Les moches (mais qu’est-ce qu’un moche ?) et les vieux (idem) sont des sous-hommes, un point c’est tout. Il faut vivre avec son époque et son temps. Mais l’époque est la même pour les moches et les vieux que pour les jeunes et les beaux. Sans compter qu’on peut être jeune et moche ou beau et vieux (mon cas, oui je sais, mais c’est comme ça, je n’y peux rien, c’est génétique). Il y a donc bien un temps et une époque mais ceux-ci peuvent être vécus de différentes manières suivant qu’on appartienne à telle ou telle strate de la société, à telle ou telle culture, à tel ou tel lieu géographique.

Le tout beau, tout jeune est avant tout une invention du Bobo métrosexuel qui lui-même est une invention du marché, pas celui où je me rendais dans mon enfance en compagnie du vieil Emile, mais  ce deus ex machina au culte duquel tout le monde sacrifie avec l’air entendu de celui qui hurle, je vous ai compris, à une foule de sourds muets. La grande majorité de l’humanité n’appartient pas à cette intéressante mouvance idéologique (Mets-je un short long ou un pantacourt ? Vais-je passer mes vacances à Ibiza ou à Marrakech ? Crème de jour ou crème de nuit ?). En fait, une grande partie de l’humanité se contente de n’importe quel vêtement pourvu qu’il cache la nudité de celui qui le porte, accueille les rides avec la joie de celui ou celle qui a vécu assez longtemps pour pouvoir s’en plaindre et la seule boite dans laquelle elle ira jamais s’éclater, cette humanité,  est un cercueil confectionné dans un bois de seconde zone, descendu au bout d’une corde effilochée en chanvre, au fond d’un trou dont on aura tôt fait d’oublier l’emplacement. Alors avec ou sans rides, confortablement installés dans un cercueil de chêne ou emmaillotés dans un linceul de jute,  nous finirons tous au fond de ce trou, oubliés de tous et si les morts étaient doués de raison, mais est-ce bien raisonnable de le penser, ils nous diraient, après avoir tourné et retourné longuement la question dans leur cerveau mort, rongé par les vers, ils nous diraient, en écoutant les craquements de leurs os attaqués par les pinces minuscules d’une armée d’insectes nécrophages aux allures de samouraïs, ils nous diraient en contemplant leur peau si souvent liftée, si rose et saine de leur vivant et à présent pauvre parchemin froissé et jauni, exsudant une glue fétide, ils nous diraient, sans doute, tout le regret qu’ils éprouvent à l’idée d’avoir distrait une seconde, juste une seconde, de leur brève existence pour se plaindre de leur apparence physique, un regret que toute l’éternité de leur mort ne pourra leur permettre d’expier, ils nous diraient la douleur qu’ils éprouvent à avoir blessé, ou pire encore, rejeté un être cher, pour quelques kilos superflus, une ride de trop ou un cheveu blanc trop tôt apparu et cette douleur les poursuivra tout au long d’une éternité sans miroirs, alors même que le souvenir de ce qu’ils ont un jour été aura disparu, retourné à la terre, à la mer ou à je ne sais trop quoi. Ils nous diraient, enfin, à nous, les vivants, vivez mais vivez sans souci outrancier de votre apparence car bientôt vous nous rejoindrez et alors, quelque fût votre laideur ou votre beauté, vous vous ressemblerez tous.

Mais, c’est bien connu, les morts ne parlent pas. Alors ? Marrakech ou Ibiza ? Crème de jour ou crème de nuit ?

 

 

Commentaires

Pour ma part, ce serait plutôt Fès.

Écrit par : tinou | 10 juillet 2007

Il m'en aura fallu du temps, pour comprendre que finalement, toutes ces sottises qu'on laisse nous distraire pour oublier le sort peu enviable qui nous attend (les vers) ne sont qu'une perte de temps. Même conclusion que toi. Et je regrette déjà tout le temps perdu, au cours de mes 24 années, à penser à mon poids et ma peau et mes cheveux. L'important n'était pas là. Heureusement, il me reste encore du temps à employer correctement! ^_^

Merci pour ce post qui remet les idées en place...

Écrit par : Comme une héroïne | 09 octobre 2007

Merci pour ce commentaire intelligent! Ca me donne envie de recommencer à écrire dans mon blog!

Écrit par : manutara | 10 octobre 2007

Ah, eh bien si j'ai réussi à te donner envie de t'y remettre, je m'en félicite! Car j'avais envie d'en lire plus! ^_^

Écrit par : L'Héroïne | 10 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.