Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2005

L'Alpsee

Tandis que la foule se pressait pour visiter les châteaux de Louis II de Bavière d’une vulgarité toute germanique, je n’avais d’yeux que pour ce beau lac étrangement préservé de toute pollution humaine. Béni soit ce souverain dégénéré : c’est grâce aux deux horreurs qu’il a faites construire que les hommes n’ont pu en commettre d’autres sur les rives de ce lac aux eaux transparentes. Avec la promenade sur le Léman, la randonnée le long des berges de l’Alpsee fut le moment le plus agréable de mon séjour européen. J’aime les lacs, ces grandes tombes humides. J’aurais juste voulu pouvoir y ramer des heures sur une de ces grandes barques définitivement amarrées, en attente de la belle saison prochaine.

Je ne crois pas que ce soit dans ce lac que Louis II a eu un regrettable accident, mais c’est tout de même un très bel endroit pour mourir !

medium_alpsee.3.jpg

Commentaires

"ces grandes tombes humides"...
Je n'y avais pas pensé... C'est sans doute pour cette raison que je frisonne devant ces étendues d'un calme angoissant.
Le lac de Brénnilis est pour moi le plus impressionnant, avec sa brume persistante et sa centrale nucléaire aujourd'hui désaffectée .

Écrit par : dilou | 22 octobre 2005

C'est vrai que contrairement à la mer si pleine de vie, les lacs, immobiles, nous renvoient une image de mort, ce qui ne leur retire rien de leur charme.

Écrit par : manutara | 22 octobre 2005

Idem, un arrêt stupéfié sur cette belle formule : "ces grandes tombes humides". Superbe.
J'aime ces éblouissements que l'écriture seule permet.

Écrit par : Léo | 24 octobre 2005

Les commentaires sont fermés.