Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mai 2005

Panique à bord

Mai 1983


- Tu…tu n’as pas ramené cette saloperie à bord ?
Je ne peux empêcher un tremblement de déformer ma voix. R. déglutit péniblement .
- Non ,non je l’ai laissée chez…
- Veux pas le savoir.
Je me précipite sur le pont mettant sur le compte d’une peur rétrospective l’étrange comportement de mon ami .Mouillée à une centaine de mètres de nous , une vedette des coast guards américains aisément reconnaissable à ses bandes rouges sur l’étrave . J’aurais préféré que ce soit le Queen Mary ! Nous sommes une demie douzaine de voiliers mouillés au fond de la baie . Ca s’agite pas mal sur la plupart d’entre eux. J’en connais qui doivent les avoir à zéro ! Sur le pont de la vedette ça bouge aussi . Sont en train de mettre un Zodiac à l’eau .Sur la passerelle j’aperçois clairement un guetteur qui nous observe à la jumelle . Pas de quoi fouetter un chat, c’est pas la première fois qu’on fouille mon bateau ! Ah , que c’est bon d’avoir la conscience tranquille ! Je redescends pour mettre une chemise . De retour dans le carré j’ai une impression désagréable de déjà vécu que j’aurais bien aimé ne plus revivre . R . est assis en tailleur sur la banquette , les yeux fermés . Semble méditer . Il transpire abondamment . Devant lui , sur la table encombrée d’assiettes et de tasses sales , de livres , de cartes et des inévitables exemplaires du Monde vieux de plusieurs mois et amoureusement conservés par R. qui doit les apprendre par cœur…le paquet de cannabis soigneusement enveloppé dans son papier aluminium. Ma vue se brouille .J’ai l’impression que tout mon moi s’est réfugié dans la plante de mes pieds . Désolé ! Je n’ai pas d’autres images . Dire que j’ai peur serait absurde. La terreur suppose un minimum de forces pour se manifester . Non. Pendant quelques secondes j’ai tout simplement cessé d’exister. Je me suis délité . Je me suis clairement vu, les couilles branchées à une gégène , en train d’avouer entre deux hurlements que je suis Pablo Escobar en personne( le chef du cartel de Medellin , recherché par toutes les polices du monde à l’époque) ! Parce que c’est à la police costaricaine qu’ils vont nous livrer et là…Aufwiedersehen Fraulein Bertha ! Je reviens à moi . Je murmure : pourquoi ? R. ouvre les yeux.
-Désolé…mais ce n’est pas ce que tu crois !
- Ah ouais ? Et ça, ce sont des amuse-gueule pour nos invités je suppose ?
- Non , c’en est un autre…
- Un autre ?
- Un autre paquet . J’en avais planqué deux . Des fois que tu en trouves un !
Ah le brave petit ! Semble presque content du bon tour qu’il m’a joué ! Il ne me laisse pas le temps de savourer la plaisanterie .
- Tu n’as rien à craindre ! Je vais me dénoncer et leur expliquer que tu n’étais au courrant de rien !
Ma voix n’est plus qu’un râle .
- Au courrant ? Splendide ! Rassure-toi vont bientôt nous y mettre au courrant !Comme ça on sera deux à gigoter au bout de la gégène !
- Gégène ?
- Laisse tomber !
J’essaie de réfléchir aussi vite que mon cerveau embrumé me le permet . L’impression d’être par quarante mètres de fond à me débattre avec des problèmes de pallier de décompression alors que ma bouteille d’air est presque vide . D’abord cacher ce machin ! Je m’empare de l’encombrant colis et arpente le carré en tous sens , grommelant comme un possédé, faisant les questions et les réponses . Là ?…Non. Trouveront tout de suite . Là alors ?… Non plus ! Ici ?… Hors de question ! Je connais le moindre recoin du S*** , aussi chaque cachette me semble-t-elle évidente . Bruit d’un hors bord qu’on met en route . Je pense Evinrude quarante chevaux. Concentre-toi . Envie de pisser . De dégueuler. Y a rien de plus con qu’un honnête homme sombrant dans la délinquance .Ces gars là sont des professionnels ! Connaissent tous les trucs , ont fouillé des centaines de navires , certains beaucoup plus grands que le tien ! De l’imagination mon vieux . .. Oui… pourquoi pas ?…
Bruit d’un bateau de petite taille en approche. Je monte sur le pont pour accueillir nos visiteurs.

Commentaires

Bon, en bien puisque je pars faire ma semùaine gaumaise, j'attendrai une semaine pour connaître la suite et j'aurai, j'espère, beaucoup à lire.
Bonne semaine à vous.

Écrit par : les-melis-melos-de-maolaf | 15 mai 2005

Merci d'être passée! A bientôt.

Écrit par : manutara | 15 mai 2005

Si tu savais tout ce que j'ai trimballé pendant notre petit voyage en Espagne...

Écrit par : oliviermb | 15 mai 2005

Je me disais bien! Ces sautes d'humeur constantes c'était pas normal! Et ce regard halluciné...! Cette gloutonnerie aussi!
Te surveillerai mieux la prochaine fois...

Écrit par : manutara | 15 mai 2005

Les commentaires sont fermés.