Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mai 2005

La raclée

Des picotements m’envahissent le cuir chevelu tandis que je me saisis de la chose . Un bon kilo , pour le moins . Les jambes en coton , je reviens dans le carré et pose ma trouvaille sur la table . Je défais précautionneusement le papier alu . En dessous , un sac en plastique rempli d’un mélange brunâtre dégage une odeur doucereuse .Cannabis . Malgré moi , je pousse un soupir de soulagement . Au moins ce n’est pas de la cocaïne . Mon premier réflexe est de tout balancer par dessus bord . Puis je me dis , ça doit flotter ce machin , en plus il n’y a pas de vent .Va se coller à la coque ! On aura l’air fins , tiens !
Je me retourne alors vers le coupable , parce que le coupable ça ne peut être que lui , hein ? Le cher ange dort dans sa bannette , un sourire idiot aux lèvres , l’image même de l’innocence . Vais lui foutre mon poing sur la gueule . C’est ça !Mais pas facile de frapper quelqu’un qui dort , surtout si c’est votre ami ! Bon une claque alors ? Oui , c’est ça ! Je passe plusieurs fois ma main ouverte au-dessus de son visage , comme un bourreau mesurant la distance séparant le sabre du cou à trancher . Mais , non ! Même ça j’y arrive pas ! Je lui secoue l’épaule. Il s’étire.
- Mmmmmouais
- R . , faut qu’on parle !
- Mmmmm , plus tard !
- Non , maintenant ! C’est grave ! J’ai trouvé la drogue . Faut s’en débarrasser !
Il se redresse d’un bond , quoi de la drogue , suit mon index jusqu’à la table , puis se recouche.
- Oh ça ? C’est pas de la drogue ! Roule-toi plutôt un pétard ça te décoincera un peu !
Humpf ! Un pétard ? Moi ? Sur mon bateau ? Là c’est parti tout seul . La baffe l’envoie rouler sur le plancher . Il pousse un hurlement , plus de surprise que de douleur .Tout en se frottant la joue , il me lance un regard lourd de reproches , un regard venu du fond des âges . R. est d’origine vietnamienne , son regard sait de quoi il parle . L’image même de la vertu offensée , il tente de se mettre debout . Je ne lui en laisse pas le temps . Le saisissant par les cheveux je le traîne jusqu’à la table . Cette fois il a vraiment mal . Il essaie de me frapper mais ses coups manquent de précision et de force . Je ne sens rien . Et pourtant ! A Panama city , je l’ai vu mettre en fuite trois voyous largement plus forts que lui . Aikido . Je mesure ainsi les ravages causés par cette cochonnerie. Drogue douce ? On ferait mieux parler de mort lente !
Je lui colle le visage sur cette merde tandis que je sens la colère monter en moi telle une crue emportant tout sur son passage. Et tout y passe : la confiance trahie , le risque qu’il nous fait courir à tous les deux , mon bateau saisi , la prison , la torture . Puis les questions : depuis quand , où , comment , qui , pourquoi ? J’avais pourtant été clair ! Tout mais pas CA ! Pendant tout ce temps , je le maintiens plié contre le rebord de la table , un genoux calé au creux de ses reins , les deux mains fortement appuyées sur sa tête . Dans un râle il articule péniblement : arrête , j’étouffe !Je lâche prise et m’affale sur la banquette , brusquement très fatigué . Moi la colère , ça m’épuise ! R . demeure un moment écartelé sur la table en soufflant comme un bœuf . Se demande sûrement comment il va me tuer ! Puis il se redresse . Le paquet a éclaté , constellant son visage de graines que la transpiration maintient colées à la peau . Sans me regarder , il enfile un short sur une virilité spectaculairement réduite par la peur. Même pas envie de rire . Il va dans la cambuse et j’entends l’eau couler longuement. . Il revient , le visage et les cheveux trempés, s’empare du paquet , l’enveloppe dans la feuille d’aluminium avant de le jeter en soupirant dans son sac à dos. En passant il me lance :
- L’évier est de nouveau bouché , faudrait faire quelque chose !
- Où tu vas avec ça ?
Il ne me répond pas . Après tout je m’en fiche , pourvu qu’il me débarrasse de ce machin !
Je l’écoute monter dans le Zodiac et démarrer le hors-bord .

Les commentaires sont fermés.