Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 décembre 2004

Partir

Partir à nouveau , sentir une dernière fois sur mon visage la morsure des vents d’ouest ou la caresse des alizés ! Voir l’étrave bondir dans le clapot , entendre le vent chanter dans le gréement , goûter le sel des embruns sur mes lèvres ! M’en aller pour ne plus jamais revenir . M’échouer , là-bas , tout là-bas , au milieu du Pacifique sur un atoll ou une île bordée de récifs . Immerger dans la chaude exubérance des tropiques ce corps déjà froid et désertique .
Laisser enfin le soleil meurtrier déchirer ma peau livide et redonner vie à mes os rachitiques.
Radotage de vieillard , rêves chimériques ! Un vieux ça se doit de crever la bouche fermée et l’air satisfait de ne pas avoir trépassé plus tôt d’un infarctus , d’un accident de la route ou d’une glissade ! C’était là , l’opinion de mon fils , quand il y a un peu plus d’un an je lui confiai mon intention d’acheter un voilier et courir les océans . Pour la première fois de sa vie, ce gros lard dut réfléchir ! Il était écartelé entre la joie de voir un père honni disparaître à l’horizon et la douleur de voir le saint fric de l’héritage tant espéré lui échapper !C’est que ça coûte cher un voilier , même s’il ne mesure que quarante pieds ! L’amour du fric l’emporta sur la haine du père . Je crois que Xavier (quel beau nom pour un glaire) , ne me parla jamais tant qu’en cette occasion ! Voyons papa (on aurait dit un crachat) , vous n’avez plus l’âge , soyez raisonnable , pensez à vos petits enfants ( bruit de caisse enregistreuse) et la propriété que va-t-elle devenir ? Ah , la propriété , prononcé par sa bouche dans un grasseyement gourmand , le mot acquit brusquement une dimension biblique . Quant aux petits enfants , il n’y en a qu’un pour l’instant ! Un petit fils ! C’est le portrait craché , expectoré devrais-je dire, de ses parents, c’est à dire qu’il ressemble à un chimpanzé ! Il a dix-huit ans et c’est un imprécateur craintif obnubilé par la prostitution ! Son vocabulaire se limite à quatre mots : bordel , putain , ça craint ! Quel monstre suis-je pour parler ainsi de ma progéniture ? Je ne sais pas ,mais leur mépris de la différence me dégoûte ! Et puis , n’allez pas croire que ce sont des crève-la-faim . Mon fils est un con , mais il n’est pas stupide ! Il a une affaire qui marche fort bien ! Il est dans les sanitaires comme il dit . Entendez par là qu’il fabrique des cuvettes de water closets de toutes tailles et de toutes formes . Il est porté par un marché en pleine expansion . Il surfe le sommet de la vague excrémentielle !Matériellement , il a bien mieux réussi que moi ! Quant au domaine , même s’il m’en coûte , il en héritera à ma mort . Mon père me le légua , je ferai de même avec mon fils . Pour le reste , j’ai bien le droit de faire ce qu’il me plait de mon argent !

Commentaires

Bonne année à toi aussi!
Euh , en principe ce n'est pas moi qui parle plus haut!
C'est le journal de Renaud reconstitué à partir de notes que j'ai prises il y a longtemps et que j'ai actualisées!
Mais c'est mon destin! Personne ne me comprend! (sanglots dans la voix)

Écrit par : manutara | 30 décembre 2004

Tu balances Manu, tu balances ! oh là là ça sent le règlement de comptes familial , il parait que la pèriode des fête est propice à çà !... Il est vrai que parfois ça soulage !
Allez maintenant ça va aller mieux ! j'en profite pour te souhaiter une excellente année 2005 ! et beaucoup de petits enfants....

Écrit par : Pénélope | 30 décembre 2004

Un sacré bonhomme ce Renaud !
Faut oser l'aventure pour faire de telles rencontres!
Alors ? Il est reparti ?

Écrit par : dilou | 30 décembre 2004

Excuse moi Manu, en lisant le commentaire de ma soeur je me rends compte que j'ai peut-être confondu fiction et réalité ! Dés que nous lisons tes posts nous sommes "dedans" !

Ceci dit je te souhaite quand même beaucoup de petits enfants ( pour plus tard !.....)

Écrit par : Pénélope | 31 décembre 2004

Les commentaires sont fermés.