Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 décembre 2004

La lettre magique

Journal de François B.


Oui , oui, ! Je pense qu’ils me prennent pour un fou . Ils ont une folle envie de rire . La fille regarde une drôle de bague qu’elle porte au majeur de la main droite . Lui a les yeux fixés au plafond . Mais ce ne sont ni les poutres ni cette horreur qu’ils voient , c’est moi !Ca y est les épaules du fugitif commencent à s’agiter , tandis qu’un étrange bruit de gorge sort de sa bouche . Evidemment Constance le regarde du coin de l’œil . Vas-y ma belle , pousse le donc ton cri de hyène ! Mais que c’est drôle ! On dit que le rire est contagieux , moi je dois être immunisé ! Le naufrage d’une vie , vingt années d’un conformisme absolu aux règles de la société , la bonne , la haute , engloutis en quelques jours , moi ça me désole, surtout si cette vie c’est la mienne .Que peut encore espérer un homme comme moi , après avoir été exhibé nu enlacé à une pubenda ferox devant ses employés ? Le fugitif se lève , me tape sur l’épaule , je déteste ça .
- T’es dingue ! Ca explique comment , mais pas pourquoi tu te trimbales avec dix millions de dollars .
- Mais je l’ai expliqué . Ils ont enlevé ma femme !
- C’est la rançon , si je comprends bien !
Il est stupide ou quoi !
- Mais non ! Pas du tout ! Une rançon c’est une somme que l’on ne possède pas et pour l’obtention de laquelle on organise un enlèvement . Là en l’occurrence , ils avaient l’argent, puisque ce sont eux qui l’ont déposé chez moi ! Ils ont pris ma femme en otage pour que je les débarrasse de ces deux valises et les remette à ce maudit Yodel .Si j’avais ouvert son compte au belge , il serait toujours de ce monde !
- Juste ! Ils lui auraient pas réglé !
- Quoi ?
- Ben son compte !
Et c’est reparti !Quel abruti ! Je suis tombé chez un homme des cavernes ! Il reprend son sérieux .
- Et les mafieux de l’hôpital dans tout ça , ils l’avaient pas l’argent eux , alors pourquoi n’ont-ils pas enlevé ta femme ?
- Parce que justement , je ne l’avais pas ! Cela n’aurait servi à rien !Quand j’ai eu l’argent , je n’avais plus ma femme !
C’est là que Constance se lève et met de l’eau à chauffer .Elle a une jolie voix.
- C’est pourtant clair cette histoire ! Tu ne vois vraiment pas François ?
- En gros oui. J’ai servi de passeur . En toile de fond deux gangs qui se font la guerre autour d’un gros magot . Ma femme en otage
Elle braque ensuite ses beaux yeux vers le fugitif occupé à réduire son espérance de vie avec un nouveau cigare . Il hausse les épaules .
- D’accord avec François ! J’ajouterai que Soupinou chargé
d’amener le pognon de Belgique en Suisse et lassé de la blanchisserie a du vouloir faire cavalier seul . Mais on ne change pas de canasson au milieu de la course !
La bouilloire siffle . Elle met du thé dans la théière après l’avoir ébouillantée, puis verse lentement l’eau . J’entends le fugitif maugréer , berk du Darjeeling ! Elle nous sert à chacun une tasse , puis revient s’asseoir .
- Vous connaissez le jeu de la lettre magique ?
- ?
- Mais si voyons . Tout le monde a reçu dans son courrier une lettre qui dit photocopiez-moi et renvoyez-moi à vos amis , à vos connaissances ou à de parfaits inconnus afin que la chaîne ne soit pas rompue. En cas de rupture de la chaîne , la lettre promet les pires calamités , avec des exemples, imaginaires bien sur , à l’appui. C’est la lettre magique . Et tous nous la faisons suivre !
Je la regarde étonné.
- Bien sur , mais je ne vois pas le rapport…
- Et bien dans ce cas ,ce n’est pas d’une lettre qu’il s’agit mais d’une grosse somme d’argent ! La chaîne c’est vous et bien d’autres. Quant aux sanctions en cas de non respect des règles du jeu c’est en vies humaines qu’elles s’expriment !




Commentaires

La dernière réplique de la fille est digne d'un film américain.

Écrit par : oliviermb | 09 décembre 2004

Oui je sais ....me faire éditer par Arlequin! Mais même eux ne veulent pas de moi!

Écrit par : manutara | 09 décembre 2004

Les commentaires sont fermés.