Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 décembre 2004

La baignoire


Le journal du fugitif

Sans lumière , il fait sombre dans la pièce éclairée par une unique fenêtre au verre dépoli . Je me rue sur la poignée , en gueulant , non mais ça va pas . Mais déjà l’autre me rejette violemment en arrière et j’atterri sur le dos dans la baignoire . Il y a un choc mat , suivi d’un autre . Il m’a rejoint et m’écrase de tout son poids contre l’émail , le deux genoux sur ma poitrine .
- Alors comme ça je suis ton canard ? Farci , je suppose ?
Le tutoiement , ne me dit rien de bon . Je distingue mal son visage , mais je vois ses dents briller . Il n’est vêtu que d’une serviette éponge autour des reins et souffle comme phoque. J’essaye de répondre d’une voix oppressée .
- Je dis ça à tout le monde ! M’a échappé ! Pas de quoi en faire un plat !
Pas convaincu , il accroît la pression sur ma poitrine.
- C’est toi Yodel , hein ? Salopard ! D’ailleurs je ne sais pas pourquoi je discute avec une ordure comme toi . Allez , montre moi ton petit cul !
Il se lève , j’en profite pour lancer mon poing . Il rencontre une surface souple légèrement piquante . Sa joue sûrement . Ca n’améliore pas son humeur . Il me flanque deux gifles magistrales . Cette fois je les sens très bien . J’entends un sifflement bizarre dans mon oreille droite . Me prenant à bras le corps , il me retourne . Je me retrouve à plat ventre et c’est sur le dos qu’il me plante ses genoux pointus cette fois. Je hurle , enfin crois hurler , car ce n’est qu’un petit râle rachitique qui sort de ma gorge . Je sens sa main se démener sur mon entre-jambe et se battre avec les boutons . Je tente de résister en gigotant , mais rien à faire , il est trop lourd . D’un coup sec , il tire mon jean sur les chevilles . J’ai envie de pleurer . Quoi , ce gars a fait le moitié du tour du monde pour venir s’envoyer en l’air avec un certain Yodel et il faut que ce soit sur moi que ça tombe ! Il me palpe les fesses en maugréant , on voit rien là-dedans ! Ah , parce qu’il lui faudrait un projecteur en plus ! Il relâche un peu la pression pour essayer de saisir son sac , j’en profite pour tenter de me dégager . Sa main s’abat sur mon postérieur avec un claquement sec . Je pense , il a la main lourde , mais n’arrive pas à trouver ça drôle , allez savoir pourquoi !En se déhanchant , il parvient à saisir son sac . D’une main il ouvre la fermeture éclair , pendant que de l’autre il m’écrase la tête au fond de la baignoire .
- Bouge pas , tu vas aimer !
Brusquement je repense aux zébrures sur son torse . Bordel ce gars est un foutu pervers ! Doit sûrement chercher son fouet ou je ne sais quel instrument de torture. Un objet métallique glacé me frôle les fesses . Certainement un engin qui envoie des décharges électriques ! C’est vrai, où avais-je la tête , le martinet ça fait has-been ! Tandis que l’électricité c’est tout de suite beaucoup plus branché ! L’autre a l’air de s’énerver , je l’entends , c’est pas possible … pas ça , non ! Quoi ? Fonctionne pas son truc ? La pression sur mon dos se relâche , tandis qu’il sort de la baignoire .Il me pointe une torche électrique dans la figure .
- Je ne sais vraiment pas quoi vous dire ! Je suis affreusement désolé , mais je peux tout vous expliquer ! Vous voulez-que je vous aide à remonter votre pantalon ?
- Désolé ? Désolé ? Attends , tu vas voir !
Je me détends en poussant un rugissement , mais ébloui par la torche , mes poings ne rencontrent que le vide , tandis que je trébuche sur le rebord de la baignoire et m’écrase sans grâce sur le carrelage . Il m’aide à me relever en essayant de me calmer .
- C’est une erreur , vous n’êtes pas Yodel , j’en suis sur à présent . Vous n’avez pas l’aigle !
M’apprêtant à une ultime charge , je suis arrêté net dans mon élan vengeur.
- L’aigle , quel aigle ?
- Sur les fesses….à deux têtes…
- Des fesses à deux têtes ???
- Non l’aigle . Yodel porte un aigle à deux têtes tatoué sur la fesse droite !
- Z’auriez pas pu trouver un signe de ralliement plus visible , non ? Je sais pas moi , un journal en urdu roulé sous le bras , un os en travers du nez , un artichaut posé en équilibre sur la tête , un truc qui se remarque de loin , quoi !
- Je sais ,c’est absurde , mais toute cette histoire est absurde !
Des coups discrets frappés à la porte viennent interrompre cet intéressant dialogue . Constance , je l’avais oubliée , celle-là !
- Dites les mecs , le courrant a été rétabli ! Avec de la lumière vous seriez plus à l’aise !
Puis ,avec , il me semble , une pointe de dépit dans la voix.
- N’oubliez pas de vous protéger !
Tout en rajustant mon pantalon , je hurle ,
- Je n’ai pas envie d’être à l’aise et j’ai juste besoin d’être protégé contre les gens qui me cherchent des aigles sur les fesses !
Je l’entends maugréer ,
- Ben dis donc , ça s’arrange pas !
J’allume . L’autre a vraiment l’air anéanti . Il me regarde d’un air désespéré.
- Je vous réitère mes excuses . Loin de moi l’idée… Je vous dois quelques explications !
- C’est ça !
Je sors en claquant la porte.


Commentaires

Quelle histoire, quand même !
Je vois que l'imagination ne fait pas défaut dans certaines têtes de blogueur !
J'ai commencé ce texte, mais je n'aime pas trop ceux qui sont longs.
Là, ça m'a accroché jusqu'au bout.
Bien...

Écrit par : Pierre | 02 décembre 2004

Comme quoi il faut faire très attention aux tatouages, c'est par fois un signe distinctif !
Je me demande bien de quoi voulait se venger ton "étranger", que lui a donc fait ce Yodel ?
Je pense quand même que ,là, tu as eu la peur de ta vie !...
Il ne cherchait qu'un "aigle" à deux tètes ! ....Vas-tu accepter ses excuses ? Il est tout de même aller très loin ....Je te trouve extrèmement patient avec tout ce petit monde !

Écrit par : Pénélope | 02 décembre 2004

Mon Dieu! Mais c'est épouvantable un pays pareil! Il s'y passe de chez choses! Maintenant, c'est sûr: j'irai pas!

Écrit par : oliviermb | 02 décembre 2004

"de chez choses"... pour "de ces choses" bien sûr, t'avais compris... (j'étais en train de manger)

Écrit par : oliviermb | 02 décembre 2004

Des pâtes encore?

Écrit par : manutara | 03 décembre 2004

Les commentaires sont fermés.