Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 novembre 2004

Discussion entre amis

Madame Slitch entra dans le bureau du directeur en poussant un chariot . Elle portait un tablier et une coiffe d’infirmière . Avec le sérieux dont elle s’acquittait de toute mission , elle sortit de l’un des bacs un cactus cierge et le brandit dans la direction de François B. assis nu dans son fauteuil recouvert d’une peau d’impala , tandis que Soupinou se trémoussait sur ses genoux, le corps recouvert de billets de banques.
- On va lui prendre la température au vilain garchon !…..Dix unités….mais ch’est beaucoup trop !
Sans hésiter elle abattit sa massue végétale sur l’entrejambe de son patron , inextricablement attaché au tronc d’une plante dont l’œil jaune de cyclope affichait , bon anniversaire mon choupinet ! Le belge en sous-vêtements féminins sautillait autour de l’arbuste en chantonnant, il faut lui knokker le zoute…
Sous l’effet de la douleur , François B. poussa un hurlement déchirant ou du moins il essaya et ouvrit les yeux . Une main ferme avait enfoncé une compresse au fond de sa bouche tandis qu’un homme blond , grand , à la calvitie naissante , les yeux cachés derrière des lunettes de soleil au dessin futuriste , après avoir rejeté le drap immaculé du lit d’hôpital serrait progressivement , avec une pince étau, le paquet enveloppé de pansements dans lequel se recroquevillait ce qui restait des organes génitaux du banquier. Celui-ci pensait se débattre dans un de ces rêves cauchemardesques provoqués par la morphine , mais il fut rappelé à la réalité lorsque son tortionnaire fit tourner d’un cran la molette de la pince .La douleur fut si intense qu’elle lui sembla acquérir une réalité palpable. En une fraction de seconde , il songea qu’il aurait pu parler , manger , se promener avec elle !
Il sentit que son cœur allait éclater . Le moniteur cardiaque dont il entendait les bips réguliers, lui parut son dernier espoir , une alarme ne pouvait manquer de se déclencher ! Il renversa la tête et ses yeux sombrèrent dans les narines velues d’un demi solde aussi large que haut sur la poitrine duquel se croisaient électrodes et fils . L’homme qui le maintenait à présent par les épaules semblait respirer le plus calmement du monde , il rabattit même une de ses paupières sur un de ses petits yeux gris et cruels dans ce qu’il supposa être une tentative de clin d’œil. Ce wombat à narine poilue s’était branché à son appareil , laissant les appels désespérés du cœur du financier sans réponse ! Ce furent ses dernières pensées avant de perdre connaissance. Quand il revint à lui , un masque diffusant de l’oxygène avait remplacé la compresse et la douleur testiculaire s’était un peu atténuée . Le wombat, un doigt ganté fiché au fond d’une de ses amples narines , se tenait debout à la tête du lit . Quant à l’homme aux lunettes, il était assis à ses pieds et jouait négligemment avec la pince qu’il ouvrait et fermait en produisant un claquement métallique .
- Vous voilà de retour parmi nous monsieur B. Je sais , c’est douloureux , très douloureux et il me serait très pénible d’avoir à vous soumettre à une autre séance . Mais si vous répondez à nos questions de manière satisfaisante …nous disparaîtrons de votre vie , pfuit …comme ça…
Il parlait parfaitement le français , avec tout juste un léger accent .François B. souleva son masque et articula faiblement
- Qui êtes vous ?
- Sans importance . Mais vous avez quelque chose qui nous appartient et que nous tenons beaucoup a récupérer . Vous ne saisissez pas ? Mais si voyons ! Monsieur Soupinou et ses deux belles valises…Ah ,je vois que cela évoque quelque chose pour vous ! Tout ce que nous vous demandons c’est le code d’accès et le numéro de son compte . Nous dirons que cet argent s’est retrouvé par mégarde entre ses mains !
- Vous pensez bien que si je les avais je ne vous les donnerais pas ! Mais en l’occurrence nous n’avons pas traité avec cet imbécile alors rengainez votre outillage et….
Un violent coup de pince porté sur les parties l’interrompit en même temps qu’une main gantée s’interposait entre son hurlement et le monde extérieur . Lunettes de soleil émit un claquement de langue agacé .
- Voilà bien ce que je craignais , monsieur B. Que d’incompréhension de votre part ! Mais peut-être vous sentez vous redevable envers votre client . Jetez donc un petit coup d’œil sur ce cliché … Vous en excuserez la piètre qualité mais ces appareils digitaux ne sont pas encore tout à fait au point !
De la poche de son blazer bleu marine , il extirpa une photo qu’il approcha des yeux du banquier . Celui-ci n’y vit d’abord qu’une espèce de clafoutis recouvert d’un coulis de framboise , puis petit à petit le magma pris figure humaine si l’on peut dire , là un œil exorbité, ailleurs des morceaux de dents et d’os , des lambeaux de chair mêlés aux vêtements .
Conciliateur , l’homme aux lunettes retroussa sa lèvre supérieur laissant apparaître une rangée de dents acérées .
- Difficile à reconnaître ? C’est vrai que ce pauvre Soupinou avait beaucoup grossi ces derniers temps ! Et puis , un Avelling Bradford est un engin de chantier vraiment très pesant ! Il a quand même eut le temps de dire qu’il avait ouvert un compte chez vous , mais impossible de lui arracher le numéro ! Enfin , on a mis les choses à plat , c’est l’essentiel ! A plat , héhéhé , c’est bon ça , non ?
Fou de terreur François B. , leur raconta en haletant toute l’histoire depuis le début . Quand , il eut fini , il vit que le wombat pointait un doigt en direction de sa montre en regardant son chef. Ils échangèrent quelques mots en une langue gutturale , du russe pensa le banquier .
- J’ai un problème monsieur B. Votre version ne correspond pas à celle de notre brave Soupinou . D’un autre côté , votre histoire est tellement absurde qu’elle pourrait bien contenir un embryon de vérité . Le temps nous manque pour y voir clair . Nous nous reverrons soyez en sur ! Un bon conseil , laissez la police en dehors de tout cela ! Vous avez une famille je crois ?
Puis faisant disparaître la photo et la pince dans une poche de sa veste il se leva et après un léger signe de la tête sortit de la chambre accompagné du wombat . Une infirmière arriva peu de temps après . Oui cela faisait quarante huit heures qu’il était là , l’opération s’était bien passée , aucun dommage irréparable n’avait été causé par les épines , cinquante deux exactement, profondément enfoncées , un miracle . Non , madame B. n’était pas venue . Ils n’avaient pu la joindre , son téléphone était sur répondeur . Ils avaient pensé qu’elle était en voyage .Non pas de visite , juste ces deux messieurs , ses frères n’est-ce pas ?

Les commentaires sont fermés.