Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 septembre 2004

P... , ce que c'est beau un brocolis qui cuit!

La nuit était tombée dans cette brève débauche de couleurs qui tient lieu de crépuscule sous les tropiques . L’absence de vent nous avait obligés à naviguer au moteur , un Perkins six cylindres de cent quarante chevaux refroidi par un ingénieux système de keel kooling  qui le maintenait à l’abri de la corrosion occasionnée par l’eau de mer . Le golfe de Panama est connu pour ses calmes . Clay tenait la barre et seul le bas de son visage était éclairé par la faible lueur rougeâtre du compas . Je me sentis brusquement assailli par un irrépressible besoin de justification

-         Clay , tu es bien conscient que c’est à Daytona Beach , en Floride que nous nous sommes rencontrés ?

-         Euh , oui , pourquoi ?

-         Pas à Beverly Hills en  Californie ?

-         Ben non!

-         Ensuite nous avons fait du charter avec mon voilier , « l’île de feu » ,  dans les Bahamas , cet archipel d’une centaine d’îles , capitale Nassau ,  s’étendant du Nord-ouest au Sud-Est entre la Floride, capitale Miami et Haiti , capitale Port-au-Prince . Tu t’es bien imprégné de cette réalité . Tout te semble clair jusque là ?

-         Oui , mais c’est toi qui m’inquiète !

-         Contente-toi de répondre à mes questions ! Je parle une langue accessible , non ?

-         Une langue ?……Ah …. un langage ! Ouais , ouais , je te reçois cinq sur cinq !

-         Bien parce que si je suis trop difficile à suivre , il faut me le dire !….Bon , ensuite nous avons laissé tomber le trafic de touristes  et nous avons mis le cap sur le Panama . Lors de cette traversée d’environ huit cent milles entre Great Inagua et Colon ,  nous avons parcouru du Nord au Sud la mer des Caraibes avec des vents de force six . Allure portante , vitesse moyenne huit nœuds. Durée de la traversée quatre jours et cinq heures . Nous sommes restés , si tu te souviens bien, cinq jours à Colon avant de pouvoir trouver un pilote pour nous faire traverser le canal de Panama qui unit l’Atlantique au Pacifique. Puis, passage de trois écluses qui nous firent monter d’une trentaine de mètres , traversée du lac Gatun , et enfin trois autres écluses qui nous firent descendre au niveau du Pacifique . Si la mémoire ne te fait pas défaut , la dernière écluse s’appelait  Miraflores ?…..C’est bien ce que je pensais ! Je suppose que je n’ai pas besoin de te remémorer qu’ensuite nous sommes restés pendant une quinzaine de jours amarrés à un corps mort au Yacht Club de Balboa , situé dans la zone du canal ? L’agression à Panama city , la capitale , et puis l’achat de la concession…..inutile que j’en reparle…. ?

Je ne pouvais voir les yeux de Clay dans l’obscurité , mais l’ouverture progressive de sa bouche trahissait une consternation que je devinais dans sa phase ascendante . Mais je n’en avais pas encore fini avec ma soif de clarté sémantique .

-         Tu l’as trouvé comment ce petit résumé ?

-         Bien…. très bien ! Un peu …chiant peut-être ? Pas vraiment utile , il me semble …

-         Alors explique moi … tu vois je reste calme….comment un c.. , un brocolis cuit dans sa m.. , dans son jus….. a pu , UN SEUL INSTANT, IMAGINER QUE NOUS ETIONS AU BENGLADESH !!!??????!!!! Ah …oui…j’allais oublier ! T’as jamais eu envie de me sauter ?

A ces mots , je sentis en Clay tomber  toute barrière inhibitrice . Il se jeta sur moi et , le visage tordu par une expression de superlative lubricité ,  il engloutit …..RIEN DU TOUT ! Il avala sa salive à la rigueur ouais et je dis bien… à la rigueur ! On a la salive rigoureuse et le crachat précis dans la marine ! Non , mais qu’allez-vous imaginer là ! L’île de feu …OUI !  L’île de queues …NON ! Le marin va là où le vent le pousse , les yeux fixés sur la ligne d’horizon . Ce qui se passe sous la ligne de flottaison n’intéresse que lui !

Commentaires

bien écrit! 1

Écrit par : coco à riri | 19 septembre 2004

Merci!

Écrit par : Manutara | 19 septembre 2004

Les commentaires sont fermés.