Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2004

Une rascasse nommée Whanna

Ceci n’est en aucun cas un post haineux , qu’on se le dise . Juste une envie de comprendre et de cerner au plus près la réalité du phénomène Whanna . Au moins lui , tout le monde le connaît ! C’est le commentateur officiel de ce site pour ceux qui n’auraient pas encore eu l’occasion de le rencontrer . Il surgit toujours là où on l’attend le moins . Aucune page n’est à l’abri de ses commentaires acrimonieux . Il a une préférence pour les jeunes filles esseulées et vulnérables . Là , il fait de véritable ravages . L’une après l’autre elles nous quittent en sanglotant . Il faut que cette hémorragie cesse ! Nous , les vieux , il nous fait rigoler ! Mais pour les jeunes c’est une autre histoire ! On est susceptible à cet âge ! Pour que ce site ne se transforme pas en Hespérides de la cyber littérature , je vais m’efforcer de vous présenter Whanna , vous verrez qu’ensuite il aura fini de vous effrayer .

Qu’est-ce qu’une rascasse dans le fond ? Un poisson comme un autre , protégé par une armure de dards . Il pique certes , mais  une fois dépecé et vidé , il finit toujours par passer à la casserole. Je vais , avec les quelques éléments dont je dispose essayer de voir qui se cache derrière ce pseudo à la consonance américaine . Wanna : américanisme se traduisant par ,  ne veux-tu pas ?

Je pense que Whanna est un mâle de type caucasien d’un âge compris entre quarante et soixante ans . En effet il s’exprime comme un homme et utilise des expressions surannées comme , purée ou vas te faire cuire un œuf . Un jeune dirait bordel et vas te faire foutre !

Il me semble qu’il travaille ou a travaillé dans l’enseignement , cette manie de mettre des notes , peut mieux faire , en progrès ….Il est aussi beaucoup plus virulent avec les jeunes qu’avec les adultes . Déformation professionnelle sans doute doublée d’une certaine lâcheté . Il prend rapidement la mesure de son adversaire ce qui dénote une certaine intelligence . Du côté des écrivains de fond , il file doux , approuve bruyamment et fait le beau .Il sait qu’en deux traits de plume ces messieurs auront raison de lui. Dans les sites tenus par des jeunes gens ,  il n’hésite pas à se montrer familier et odieux  , jouissant bruyamment de leur désarroi , appelant à la rescousse des pseudos gouailleurs au verbe moqueur .Hallali et mise à mort assurés . Parfois il tombe sur un os . Ainsi hier il qualifia de troll boutonneux un honnête père de famille québécois que je me plais à imaginer banquier ou ingénieur . Pas grave , il se rattrapa sur une jeune fille éperdue ! Faut-il pour autant le haïr ? Je ne le pense pas . Penchons nous d’un peu plus près sur le personnage qui se cache derrière ce pseudo racoleur .

Je le vois bien habiter le midi de la France . Une maison pareille à un millier d’autres maisons sur les hauteurs d’une de ces villes dont le nom a fini depuis longtemps de faire rêver . Approchons-nous . Un petit jardin amoureusement entretenu . Une allée en gravier traverse une pelouse récemment tondue . Et ….des plantes en pots , des géraniums au milieu de quelques hibiscus malingres , un ou deux bougainvilliers évanescents , bref une jungle en conserve . Sur le gazon des enfants s’ébattent en silence et sans bouger . Non , pardon , ce ne sont pas des enfants mais …non , je n’ose le croire , c’est trop effroyable…mais si mon imagination ne me joue pas de tours, ce sont bien des légions de nains de jardin que je vois figés pour l’éternité dans des positions grotesques . Un cri retentit . Sur le perron une femme à la stature d’amazone sumérienne gesticule , pérore , invective , dirige, organise . A qui s’adresse-t-elle ? Aux nains ? Certes , non ! Alors ? Un homoncule caché jusqu’alors derrière un plant de bégonias , se redresse timidement . A chaque ordre du cerbère , il chancelle comme sous la morsure d’un fouet invisible dont les lanières sifflantes entament chaque jour un peu plus sa foi en l’humanité . Satisfaite , la garde chiourme retourne à son feuilleton , une gélatine mexicaine doublée en français par des canadiens de l’Outaouais . Impression étrange de voir un hidalgo de bonne famille s’adresser à sa femme en lui disant :

-         Pogne-moi mon coat , j’vas prendre les clés de mon char !

Quand il en aura fini avec son labeur rupestre , le malheureux devra encore nettoyer, récurer , rincer, aspirer , brosser, les moindres recoins de cette maison qu’il a appris à haïr avec une minutie émouvante . Chaque brin d’herbe , chaque caillou , chacun des lourd meubles au style faussement rustique , chaque assiette , chaque fourchette , chacun de ces bibelots ramenés de destinations lourdes d’un ennui  estival , chaque odeur , chaque grain de poussière , en fait chaque atome de sa vie , il les exècre . Mais il sait que c’est dans cette haine qu’il puise les forces qui lui permettent de se lever le matin , ignorer la masse avachie dans son lit à ses côtés, continuer à prendre ses repas avec elle , ne pas s’étouffer de dégoût en voyant des filets de graisse s’écouler de la commissure de ses lèvres , l’embrasser avant d’aller faire semblant de travailler . Mais il y a autre chose qui le maintient en vie.

Quand le dernier feuilleton a rendu l’âme dans les trémolos d’un arrangement musical hollywoodien  , quand les grincements du lit en faux chêne se sont espacés , quand seuls les ronflements apnéens de la furie viennent troubler le silence de la nuit , notre homme se dirige avec la vivacité d’un pet sur une toile cirée , vers un cagibi encastré sous l’escalier . C’est là qu’il range ses balais , ses brosses , ses seaux et ses serpillières . Dans un coin, une petite table sur laquelle on devine une masse recouverte d’un drap gris . Il le fait glisser dévoilant un ordinateur dernier cri . J’emploie ce mot à juste titre . Car cet instrument est réellement le dernier cri de détresse qu’il puisse encore lancer à la face du monde . Ses autres hurlements , ont depuis longtemps été étouffés . Il se connecte sur le net et là….là , mes amis ,  il devient Dieu !

 

 

Commentaires

ce post, que je trouve tres tres realiste. En meme temps, pensez-vous vraiment que Whanna soit (ou ait ete!) dans l'enseignement? Car le fait de s'en prendre ainsi aux faibles jeunes bloggeuses (dont je fais partie... snif!) ne me parait pas tres pedagogue. Moi ce que j'ai dechiffre dans le personnage, c'est beaucoup d'aigreur car il ne supporte pas le bonheur et l'optimisme candide.

Belle journee a vous grand monsieur

Écrit par : V. | 15 septembre 2004

C'est celui qui dit qui est

Écrit par : Whanna | 15 septembre 2004

Récente arrivée dans l'univers des blogs, j'ai eu l'occasion de lire les commentaires dudit Whanna. J'ai été effarée par ses prestations gratuites de méchanceté.

Je pousserai un peu plus la réflexion en disant que cet être souffre d'une terrible addiction. De part son complexe d'infériorité, il prend un malin plaisir à porter des jugements définitifs. Il essaierait presque de jouer le rôle du modérateur, du nettoyeur de Hautetfort, choisissant qui y a sa place et qui doit être vidangé.

Alors oui, il se prend pour Dieu mais j'ai déja vu ce genre d'égo agir dans d'autres communautés cybernétiques. (on appelle ça, les kikitoudur, par chez moi). Lorsqu'on les rencontre réellement, on comprend tout.Tai Heke est près de la vérité.

Dites vous bien, qu'il n'a aucun pouvoir sur vous, car il est addictif. Vous êtes sa drogue, NOUS sommes sa drogue, il doit être follement excité de dénicher un nouveau blog et il prendra un malin plaisir à assassiner la création. Il en sera toujours ainsi.

La meilleure façon, a mons avis de l'évincer est l'indifférence. Un blog anti-Whanna est déja une réaction en sa faveur et c'est lui faire beaucoup trop d'honneur. C'est lui reconnaître une existence, une valeur alors qu'il n'est rien.



Ami(e)s Blogueurs, ignorez le simplement. Sa parole n'est pas l'Evangile, enfermez le dans l'indifférence et continuez a faire ce que vous faites...

Écrit par : La fée martienne | 15 septembre 2004

Moi je crois qu'on a tous tort de reflechir a une personne alors que ce qui compte, c'est l'idee (surtout dans le domaine du virtuel)

Ce que le blog anti-whanna veut etre, c'est un moyen exultoire de se debarasser de tous froissements critiques qui nous ennuient. Et pour se faire, rien de tel qu'un petit pamphlet!

Écrit par : Eve | 15 septembre 2004

avez vous songé à qqchose... whanna ne donne pas de nom de blog ni d'adresse e mèl.... alros whanna est peut-être double !!! ou triple ou quadruple ! c'est terrible dans ce cas la menace est d'autant fois plus importante, proportionellement au nombre de whanna !

Écrit par : baluchon | 15 septembre 2004

Vraiment j'adore les tireurs ou tireuses qui voudraient démonter le paradoxe de Zénon dans le style Kinder surprise, mais je crois que baluchon a mal ficelé son baluchon.

Et tout y est faux à 94,2% et son esprit poussiéreux.

D’abord je n’ai cure de l’identité des boggeurs !

Généralement le titre m’attire, je lis et je réponds…

M’attaquer aux gros poissons ? si vous saviez pauvres pêcheurs ! mais là je rigole un max !

Et cela fait du bien. Le sexe ,le talent et l’âge je n’en ai cure :

qu’importe le flacon…

Baluchon est un fin psy et comme je m’y connais un pti chouia dans ce domaine, je dois dire que c’est le genre de psy à vous prendre un lapin pour un canard, dommage, il devrait lire Ludwig Wittgenstein, cela lui permettrait d’être un peu plus perspicace.

Et puis perdre son temps pour dresser le portrait d’un personnage virtuel aussi léger que Whanna, voilà qu’il y a de quoi se demander si perdre son temps pour Baluchon est l’art de son mal vivre.



Bref. Voilà le genre de type qui aurait enfermé un dadaïste pour perpette.

Bon écoute baluchon, si tu m’gazes de trop j’tattache ton zgueg !





Écrit par : Whanna | 15 septembre 2004

Tai Heke, je vous ai déjà critiqué avec plaisir dans le sens positif car votre écriture , quoiqu’un peu nivelée et formatée, n'est pas vraiment ce qui se fait de pire ici, bien au contraire.

Toutefois, vous me faites trop d'honneur de me nommer rascasse.

En fait j’adore tous les poissons et la rascasse est d’une beauté inimaginable lorsqu’elle file au crépuscule entre deux eaux vers ses amours que sont les amphores et les vases antiques.

D’habitude on nomme les gens de noms d’oiseaux, trop volage pour moi, mais le poisson me convient, car la mer est le domaine de la perfection et c’est plus que le lieu de l’origine de la vie. Si vous nagez sous l’eau vous découvrirez par exemple la Littérature, car elle n’existe que sous-marine.

Écrit par : Whanna | 15 septembre 2004

Lâche ton mail si ton mail si t'es un homme !

Écrit par : RadouL | 18 septembre 2004

Les commentaires sont fermés.