Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 août 2004

Les années de chien

 

 

Les années de chien . Gunter Grass . Page 210.

 

 

« Cette fois ce n’étaient pas seulement les uniformes des S.A. Les frusques de quelques vulgaires membres du parti s’y trouvaient mélangées . Mais tout était brun ; ce n’était pas le brun des chaussettes basses pour l’été ; pas le brun noisette ni le brun sorcière ;pas de brun Soudan ou Tibesti ; pas de cannelle râpée , pas de nuance ameublement , de vieux brun ; pas de brun moyen , de brun sable ; ni le jeune lignite ni la vieille tourbe extraite au louchet ; pas le chocolat matinal , pas le café du petit déjeuner , sommé de crème ; le tabac il y en a bien des sortes , mais aucun d’aussi brunâtre que ça ; ni le brun chevreuil en trompe l’œil , ni le brun Nivéa de quinze jours en vacances : ce ne fut pas l’automne qui cracha sur la palette quand fut extrait ce brun caca , ce brun terreux en tout cas, ramolli et gluant , ce brun Parti , ce brun SA , ce brun de tous les Livres Bruns , de toutes les Maisons Brunes , ce brun Braunau , ce brun d’uniforme , sans aucun rapport avec le kaki , ce brun chié sur des assiettes par cent mille culs acnéeux , ce brun de pois mal digérés et de saucisse à l’eau bouillante ; non , non ô douces brunes , brun sorcière , brun noisette , vous ne fûtes pas aux fonts baptismaux quand fut bouilli , quand fut enfanté et utilisé en teinture , quand ce tas de brun fumier – et je suis modéré dans mes expressions- se trouva devant Eddi Amsel . »

 

Voilà ce que j’appelle une belle palette de bruns . Et encore ce n’est qu’une traduction . Imaginez le même phrase écrite en allemand ! Une vraie horreur ! Et ce ne sont que quelques lignes tirées d’une épopée . Günter Grass est avec Heinrich Boll un des grands écrivains allemands  à avoir condamné avec le plus de virulence , les idéologies , toutes les idéologies ! Ne se contentant pas de les stigmatiser sur le fond , il le fait également sur la forme . Une idéologie nauséabonde véhiculée par des uniformes aux teintes excrémentielles !

 Une image m’a toujours troublé . Celle d’un homme politique allemand , j’ai oublié son nom et il ne vaut probablement pas la peine qu’on s’en souvienne , déchirant en 1997 un exemplaire de l’ouvrage , « Toute une histoire » , que Grass écrivit  après la réunification . Il n’y adhérait pas avec l’enthousiasme que tout bon allemand se devait de montrer à l’époque . Non qu’il regrettât  la défunte RDA mais il se moquait de la supériorité affichée par les Wessis à l’encontre de leurs compatriotes de l’Est. Il stigmatisait en quelque sorte l’OPA plus que l’annexion. Le sujet est trop vaste pour être abordé en quelques mots . Mais la vision d’un homme politique déchirant un livre , pour anecdotique qu’eût été cet événement, n’augurait rien de bon. Une déchirure pour une réunification…tout un  symbole !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.