Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juillet 2004

Timeo hominem unius libri

Il faut que je reparle un peu du "pooja" , mais juste un peu , c'est promis .Cette nuit , à une heure fort tardive ou matinale , mon amie Sylphide , mais puis-je encore employer ce mot , me téléphone (il faut dire que dans mon incommensurable bêtise je lui avais donné l'adresse de mon site).Pour elle , en Suisse , c'est déjà l'après-midi .Ca m'a étonné qu'elle m'appelle  . Vingt mille kilomètres , ce n'est pas rien !Et là elle m'admoneste avec une violence décuplée par le fait qu'au bout de deux minutes , ne trouvant plus ses mots en français , elle passe au suisse allemand.O ami lecteur , t'es tu déjà fait tancer en schwitzer Dutch ? C'est laid , c'est très laid . Traumatisant même . Le "pooja" , un mot à l'ésthétique douteuse en français se transforme en "trrrrrr putchchaaaa". Un marteau piqueur germanophone englouti par les eaux croupissantes d'un étang verdâtre . Je rigole ,  mais il n'en demeure pas moins que j'ai commis une grosse gaffe hier en présentant le "pooja" comme la version urdu du jogging!En fait ce mot recouvre une réalité  pratiquée par toutes les couches de la population indienne et européenne , sans distinction ni de classes ni d'âges et peut-être de races , mais là je suis moins sur....Enfin c'est un must quoi! Dans les soirées branchées on se réunit entre ami et on fait son "pooja" en donnant ce qu'on peut. De l'argent , des bijoux , de la tête de veau , des fleurs , des bons du Trésor ,une photo d' Ardisson criblée de balles , les clés de son appartement , bref tout ce qui tombe sous la main des initiés .Aruma elle, et bien, elle a donné son bras .Les sacrifices humains sont admis .C'est plus rare , mais cela peut se faire.Eh oui , le "pooja" est un culte dédié aux divinités indoues:Ganesh, Shiva , les 9 planètes, Kalsa et Lakshmi . Il y a 16 étapes à respecter dans ce culte notamment se faire sonner les cloches (ça j'ai donné) et faire des offrandes au feu ( Agni devta) . Voilà j'ai promis à Sylphide de faire un rectificatif et j'ai tenu ma promesse , tout en ayant la certitude d'avoir été la seule personne sur terre à ignorer ce qu'était un "pooja" .Quant à la pauvre Aruma , elle gigotait autour du feu sâcré quand elle a glissé sur une pelure de mangue jetée par ce facétieux de Hanuman ....et elle est tombée dans les flammes qui ont attaqué avec délice et avidité son très chic ensemble de chez Dior . Heureusement que c'est costaud ces machins là! Elle s'en est tirée avec des brûlures au bras droit . Voilà c'est tout ! Je me suis empressé de lui envoyer un courrier électronique où je lui souhaite entre autres choses "une prompte réincarnation" .Je sens que je vais encore avoir des problèmes!

Au milieu des injures ordurières dont Sylphide m'a abreuvé pendant une demi-heure et dont , heureusement , le sens m'a échappé en grande partie , j'ai relevé que j'étais un mécréant qui ne craint pas Dieu . Erreur chère Sylphide , je crains Dieu , j'en ai une frousse bleue , j'en ai tellement peur que depuis l'âge de quatorze ans j'ai essayé de mettre la plus grande distance entre Lui et Moi . Je dit Lui , mais je n'ai jamais vraiment cru en son existence . Trop compliqué! Trop de travail! Créer l'univers...en expansion , peupler la terre de plantes , d'animaux , d'hommes tout en gérant leur quotidien. Tout détruire régulièrement .Monter une partie de l'humanité contre l'autre . Etre en même temps "Gott mit uns" et "in God we trust" !Non rien à faire ! Aucune force fût-elle d'essence divine , ne pouvait avoir conçu un jeu de Go d'une telle  absurde subtilité! Lorsqu'à l'époque je confessai mes doutes au père Salzwurst il eut ces paroles historiques :

" Et Pien tu es pas dans la merte mon karçon!"

Ma tante Marthe  enseignait la catéchèse aux petits pauvres des quartiers défavorisés ce qui lui valut entre autres problèmes de se faire violer par un nain . Elle essaya maintes et maintes fois de me ramener dans le droit chemin . Maintenant que j'y pense , mes parents disaient toujours en parlant d'elle , cette pauvre Marthe (elle était fort riche) , comme si la pauvreté de ses petits paroissiens avait fini par déteindre sur elle.Elle aurait surement plu au prisonnier! Elle me disait , songe aux flammes de l'enfer et aux joies du paradis . La seule représentation que j'avais de l'enfer à l'époque , était une reproduction de Jérome Bosch. Des centaines de damnés nus , en train de copuler férocement . Le paradis de tante Marthe était plein de nuages , de moutons et d'anges aséxués jouant de la harpe du matin au soir . Je devais y retrouver pour l'éternité toutes les personnes que j'avais aimées...et aussi celles que j'avais cordialement détestées ! Imagines cher lecteur , après mille trillards d'années de purgatoire , une paille comparé à l'éternité , tu arrives au paradis et qui retrouves-tu là haut: tous les Fesse-Mathieu que tu avais cru laisser derrière toi en mourrant!Et ça pour l'éternité! Non , non et non! Vive le néant .

Et les religions ? Elles se suffisent à elles-mêmes .Elle n'ont pas besoin de dieux . Grandes faucheuses d'hommes et d'espoir elles se sont depuis longtemps disqualifiées aux yeux d'un improbable créateur. Prenons les religions judéo-chrétiennes , enfin chrétiennes , cela vaut mieux (funeste signe des temps).J'ai beaucoup de sympathie pour le Christ . C'était en tous points un homme que l'on aurait aimé compter au nombre de ses amis . Intelligent , poli, habile de ses doigts , toujours prêt à rendre service , pas rancunier.Non décidément , je le préfère à l'autre , enfin vous voyez qui je veux dire . Le problème c'est que de toute cette vie de tolérance , d'amour , de pardon les hiérarques du culte n'ont retenu qu'un seul instant : sa mort . Toute l'idéologie chrétienne est construite autour de la crucifixion . Cette mort atroce en soi , les princes de l'Eglise l'on voulue plus effroyable encore en diffusant l'idée d'un Christ cloué sur la croix . Historiquement on sait que les suppliciés étaient attachés , non pas pour des motifs humanitaires mais pour des raisons techniques . Il n'y a aucune raison de supposer que les romains se soient acharnés avec une cruauté particulière sur ce condamné qui ne menaçait en rien leur pouvoir . Un film vient de sortir à ce sujet et symbolise bien la perversion du message du Christ. Le slogan de ce pseudo renouveau charismatique est " Sang , violence et fric" ! Bienvenue au Gold Gotha!

Quelles ont pu être les pensées des indiens caraibes en 1492 , lorsque pour la première fois un prêtre espagnol leur a mis une croix sous le nez en leur disant " Te bautizo en nombre del Padre ....", pendant que quelques têtes hirsutes aux visages figés dans une expression horrifiée d'étonnement , roulaient dans le sable blanc de l'île de San Savador? La vision d'un homme émacié, cloué sur une planchette de bois a du provoquer en eux un tel effroi qu'ils ont choisi la seule solution possible: disparaître..pour toujours!

Les commentaires sont fermés.