Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juillet 2004

A la recherche du pooja perdu

Retour d'une promenade dans les journaux adjacents ( je sais que le terme exact est blogue , mais je suis désolé , vraiment , je ne peux pas ) . Epuisant .Que de talents épars sur la toile . Pas la classe du prisonnier , évidemment , mais bien , très bien même .Et le sérieux des sujets abordés!  Les questions "hot" du moment , les exemples puisés dans le quotidien ! Je me fais honte avec mes petites satires de collégien! Figurez-vous, je ne sais plus qui aborde la question du relèvement du slip hotelier . Je sais que dans ce secteur reignait des règles draconiennes en la matière , mais apprendre qu'en son implacable soif de régir notre existence dans ses moindres détails , le législateur a , une fois de plus ,renforcé les règles relatives au port du slip , fût-il hotelier ,une onde que dis-je , une bouffée d'indignation m'envahit . Que fait donc BHL ? Mais je ne veux pas empiéter sur les domaines où certains de mes confrères , aux compétences indubitables , excellent . D'autant plus que le hasard a fait , que moi aussi , je peux soumettre à la sagace réflexion de mes lecteurs (si j'en ai etc...) une question de la plus haute importance , non pas glânée dans les entrefilets médiatiques mais tirée d'un fait divers vécu par une de mes amies  .

Je viens de recevoir un courrier électronique ( le courriel , ça non plus , je ne peux pas)de mon amie Sylphide . Elle est de retour en Suisse dans sa Zurich natale ce dont tout le monde , à commencer par moi , se fiche comme de Colin-Tampon. Mais dans cette missive aux accents alarmistes elle me précise qu'elle revient d'un voyage en Inde où , comme chaque année , elle a livré son corps décharné aux mains expertes de masseurs védiques .Le Veda par les mains en quelque sorte . Sylphide m'a montré un jour des photos de l'ashram où elle avait été hébergée. Le gourou avait une bonne gueule de maquereau affairiste et ses aides semblaient tout droit sortis d'une production pornographique de bas-étage avec leurs gueules d'adolescents libidineux . Massages védiques , tu parles!

Il faut quand même que je parle un peu de Sylphide . C'est une femme qui passe sa vie à voyager , en général dans des endroits où personne n'aurait l'idée d'aller . Elle doit faire une dizaine de tours du monde par an . C'est une femme précieuse : elle connaît un nombre incroyable de personnes sur les cinq continents . Mais elle est un peu bizarre . De toutes façons je ne m'intéresse qu'aux gens bizarres . En mai dernier , en route pour mon pèlerinage annuel à "M. la maudite" , je me suis arrêté à Zurich . Par un miracle extraordinaire , Sylphide s'y trouvait . Je l'invite à diner . Elle passe me prendre à l' hotel . Elle est accompagnée d'une amie indienne , Aruma, aux allures de dame patronesse .Sylphide insiste pour choisir le restaurant . Elle est végétarienne , j'aurais du me méfier ! Dans cette ville superbe qui regorge d'établissements de premier ordre , elle a réussi à nous faire manger dans une gargotte minable ayant atteind un degré remarquable de perfection dans l'abjection des plats servis . Mais avant d'ingurgiter l'espèce de bouse de yack sèchée qui tremblottait dans nos assiettes , Sylphide s'est crue obligée de se lancer dans une suite de contorsions grotesques ponctuées de "ooooommmm" psalmodiés crecendo .Parait que c'est pour purifier le temple qui nous sert d'enveloppe charnelle et je ne sais quelle autre fadaise . En sortant de là Aruma et moi nous nous sommes précipités dans un Churrasco  et gavés de viande à moitié crue baignant dans une sauce béarnaise bien grasse . Cela faisait plaisir de voir cette Brahmane en tailleur Channel , chargée d'or comme un reliquaire sicilien , attaquer sa côte de boeuf avec la voracité d'un tigre du Bengale en laissant le sang couler sur son chemisier .

Or c'est d'Aruma qu'il s'agit dans le courrier de Sylphide . A ma consternation j'apprends , je cite, que " Aruma s'est cruellement brûlée au bras droit en faisant son pooja quotidien ". Rien , aucune explication . Juste ce mot dans son austère nudité "pooja"! Evidemment , Sylphide ne doute pas un instant que le "pooja" a franchi les frontières de l'ancien empire des Mogols pour venir prendre la place qui lui revient dans notre pauvre langage quotidien ....On se fait un petit pooja ce soir?...Tu me prêtes ton pooja?...Je met quoi ce soir? Le pooja rouge ou noir ....Le cours du pooja s'est brusquement effondré à la bourse . La panique est générale! ....Adolphe Dufion devient champion du monde du lancer de pooja!

Le dictionnaire , lui , n'a pas encore intégré ce mot à l'allure de crachat ou , à la rigueur , d'éternuement . Comme la nature ne m'a doté d'aucune imagination , je reste dans l'ignorance la plus absolue quant à la signification de ce mot . Tel un adjudant Bougras du vocabulaire je peux juste, à l'extrème rigueur, me livrer à quelques conjectures .

Sylphide me parle d'un pooja , oui mais pas n'importe lequel , le pooja quotidien ! Nous disposons maintenant d'un indice précieux . Qu'est ce qui est quotidien dans la vie courrante?Commençons par le plus évident .

Le pain . Remplaçons pooja par pain et nous obtenons : Aruma s'est brulée en faisant son pain quotidien . Pourquoi pas . Surgit cependant un problème culturel . Les indiens ne mangent pas de pain mais des espèces de crêpes au goût fade . Bon , je vois Aruma dans sa cuisine faire une crêpe dans une poêle . Elle la lance en l'air , essaye de la rattraper , mais la crêpe  , au lieu de retomber dans l'ustensile de cuisine tendu en une supplication muette , choit de manière inopinée sur le bras droit de la cuisinière brahmane et la brûle atrocement . Ouais , pas mal , si ce n'est que jamais Aruma ne s'occuperait de faire quelque tâche ménagère que ce soit , la cuisine moins que tout autre . Reste une autre piste.

Je remplace pooja par jogging . Ces  mots se ressemblent : ils sont tous les deux étrangers . Du coup , je comprends tout .Aruma fait son jogging quotidien . Où ? Elle habite Mumbay , donc pas question de courrir dans la rue .Trop de monde . Il y a un grand parc dans la banlieue de cette mégapole . Un très grand parc de 250 hectares "le Sanjay Gandhi national park" . Elle court depuis une demi-heure lorsque des fourrés surgit un militant du tamil nadu armé d'un lance-flammes . Il repère cette opulente brahmane dans son survêtement L. . Il ne connait évidemment pas la marque mais voit le gros lézard imprimé sur l'étoffe . Le symbole de l'équipe de cricket adverse!Il n'hésite pas une seconde . Ca rigole pas en Inde avec le cricket.Il vise Aruma tétanisée et ouvre l'arrivée de carburant . Une flamme jaillit quand brusquement un tigre bondit sur le terroriste , déviant l'engin de mort qui s'éteint .Impuissante Aruma voit le félin emporter sa malheureuse proie dans la jungle . Ce n'est qu'une fois le calme revenu qu'elle se rend compte que son bras est brûlé.

En fait c'est une histoire toute simple , d'une banalité criante , mais j'éprouve une certaine fierté d'avoir été capable de m'en tenir , pour une fois , aux faits dans toute leur rigueur .

 

Commentaires

Moi je l'aime bien ton blogue, enfin ton journal, avec ses amusantes satires. Par contre, je ne peux pas croire que tu ne sais pas ce que c'est qu'une pooja!!! Tu plaisantais, hein?



Je serais curieux de savoir quels blogues tu lis, afin de voir si certains pourraient m'intéresser. Et tant que j'y suis, j'aimerais bien savoir (si tu t'en souviens) par quels chemins tu es arrivé jusqu'au mien.

Écrit par : oliviermb | 21 juillet 2004

Jusqu'à hier j'ignorais qu'un tel mot pût même exister . Depuis quelques heures je sais ce qu'est un pooja en long en large et en travers .C'est encore plus délirant que tout ce que j'imaginais! Putain l'engueulade! Mais j'en reparlerai plus-tard en détail .

Comment t'ai-je découvert ? Mais exactement comme je l'ai écrit dans un de mes machins..... par hasard . Je naviguais sur Google au milieu de millions de journaux , j'allais fermer et abandonner toute idée d'ouvrir un journal moi-même , quand j'ai vu ton adresse qui trainait là . J'ai été attiré , le nom sans doute . La porte était ouverte , je suis entré et me suis longuement promené dans le jardin d'Olivier.Au détour d'un massif de plantes épineuses ,j'ai rencontré ton personnage . Il m'a plu tout de suite...

Les blogues que je visite ? Mais les mêmes que toi !Tu as un goût très sur!Mais si je trouve quelque chose d'autre , d'exceptionnel , je te ferai signe!

Content de t'avoir fait sourire avec mes histoires débiles .Le rire est , à mon avis , l'expression de ce que nous avons de meilleur en nous .Au collège , les pères nous interdisaient de rire en dehors des heures et lieux consacrés à cet effet . Donc le rire est forcément bon!

Écrit par : Tai Heke | 21 juillet 2004

Les commentaires sont fermés.